• 22 octobre 2021 20h36

Votre imprimante vous espionne-t-elle ?

ByMarc

Déc 22, 2020

Imaginez que chaque fois que vous imprimez un document, il comporte automatiquement un code secret qui peut être utilisé pour identifier l’imprimante – et potentiellement, la personne qui l’utilise. On dirait un extrait d’un épisode de « Alias », non ?

Malheureusement, le scénario n’est pas fictif. Dans un effort pour identifier les contrefacteurs, le gouvernement américain a réussi à persuader certains fabricants d’imprimantes laser couleur d’encoder chaque page avec des informations d’identification. Cela signifie que sans votre connaissance ou votre consentement, un acte que vous supposez privé pourrait devenir public. Un outil de communication que vous utilisez dans la vie de tous les jours pourrait devenir un outil de surveillance du gouvernement. Et pire encore, il n’existe aucune loi pour empêcher les abus.

L’ACLU a récemment publié un rapport révélant que le FBI a amassé plus de 1 100 pages de documents sur l’organisation depuis 2001, ainsi que des documents concernant d’autres groupes non violents, dont Greenpeace et United for Peace and Justice. Dans le climat politique actuel, il n’est pas difficile d’imaginer que le gouvernement utilise la capacité de déterminer qui a pu imprimer quel document à des fins autres que l’identification des faussaires. Votre liberté de parler anonymement est en danger.

Pourtant, aucune loi n’empêche les services secrets – ou d’ailleurs toute autre agence gouvernementale ou société privée – d’utiliser des codes d’imprimante pour retracer secrètement l’origine de documents non monétaires. À notre connaissance, aucun fabricant d’imprimantes ne dispose d’une politique de confidentialité qui vous protégerait, et aucune loi ne réglemente ce que les gens peuvent faire avec les informations une fois qu’elles ont été transmises. Et cela n’aborde même pas la question de savoir comment un tel outil portant atteinte à la vie privée pourrait être développé et mis en œuvre dans les imprimantes sans que le public n’en soit informé au départ.